LGTQIAsexuel-le-x+

L’asexualité est un spectre parmi le spectre de la sexualité. On a tendance à penser qu’une personne asexuelle  ne ressent juste aucun désir sexuel, mais cela peut être un peu plus complexe.

Maéva Berset, 02 juin 2021

Tout le monde, aujourd’hui, sait plus ou moins ce que cela veut dire faire partie de la communauté LGBTQIA+. Pareil pour les gay prides. Mais il y a encore beaucoup de choses qui sont incomprises, c’est pour ça que j’ai créé cette série. N’hésitez pas à aller lire les autres articles qui sont déjà publiés!

Asexualité : n.f. : Fait de ne pas ressentir d’attirance sexuelle pour autrui, absence totale d’orientation sexuelle. (linternaute)

Contrairement à ce que dit la définition, l’asexualité est une orientation sexuelle qui concerne une partie plutôt conséquente de la population. La comparaison la plus courante est de dire qu’il y a autant de personnes asexuelles que d’individus roux. Pourtant, pour certaines personnes, il est inimaginable de ne pas ressentir de désir sexuel et que donc, si quelqu’un-e est asexuel-le-x c’est juste qu’il/elle n’a eu que des mauvais coups. Passons… Et entrons dans le spectre de l’asexualité.

Petite précision : on marque une différence entre désir sexuel pour autrui et désir sexuel pour soi-même. Ici, je parle du désir sexuel pour autrui.

La sexualité: pas blanc ou noir

L’asexualité doit être imaginée comme un spectre. En effet, certaines personnes Ace, le nom général donné aux gens qui se trouvent sur le spectre de l’asexualité, ressentent du désir sexuel mais dans certaines situations précises. On peut notamment citer les personnes demisexuelles, qui ressentent du désir uniquement si un fort lien émotionnel a été créé avec l’autre personne. Ou les graysexuel-le-s-x qui ont du désir seulement dans des conditions très particulières. Ce ne sont que des exemples mais qui illustrent bien le fait que le désir sexuel n’est pas blanc ou noir- soit on en a, soit on n’en a pas. Le spectre de l’asexualité est vaste et pour en savoir plus sur les différents labels, tu peux aller checker sur Instagram @acethetic_attraction.

De plus, ce n’est pas parce qu’une personne Ace qui n’a aucun désir sexuel, qu’elle n’a pas de relations sexuelles et qu’elle se force à en avoir. En effet, quelqu’un-e d’Ace en couple peut avoir des relations et ressentir du plaisir sans se forcer mais sans les désirer non plus à la base. D’autres n’en ont absolument pas et ressentent même du dégoût rien qu’à l’idée. On ne peut pas faire de généralisation parce que chacun-e vit son asexualité différemment.

Enfin, la sexualité est fluctuante, tout comme une personne qui se définit comme homosexuelle peut ressentir un jour du désir pour une personne du sexe opposé, une personne asexuelle qui n’a aucun désir peut ressentir un jour du désir. Ou au contraire quelqu’un-e qui a ressenti du désir toute sa vie arrête d’en ressentir un jour. L’attirance peut changer, ou non, il n’y a pas de barrière.

Un peu de romantisme

Laissons de côté le sexe et passons au cœur, ou l’attirance romantique. Ce n’est pas parce qu’une personne ne ressent pas d’attirance sexuelle, qu’elle ne ressent pas d’attirance tout court. Un cliché encore beaucoup trop présent est de dire que les personnes asexuelles sont froides et n’ont pas de sentiments, c’est évidemment faux. 

Alors l’attirance romantique, c’est quoi ? C’est le fait de développer des sentiments amoureux pour une personne mais sans ressentir de désir sexuel pour cette dernière. Comme pour les orientations sexuelles, on peut être homoromantique, biromantique, panromantique, etc. On parle surtout d’attirance romantique pour les Ace mais ça ne les concerne pas qu’eux. Une personne hétérosexuelle peut très bien être panromantique- c’est-à-dire développer des sentiments pour quelqu’un-e peu importe son genre.

N’hésitez pas à jeter un œil aux liens en-dessous 😉

Vous pourriez aussi aimer…

Roger le héros

Roger le héros

Macron sur Youtube et des cygnes stressés: notre sélection de l’actu de la semaine du 24 mai.

LGTIntersexeA+

LGTIntersexeA+

Les personnes intersexuées ont pu être considérées – et le sont encore parfois – comme des anomalies biologiques. Pourtant, l’intersexuation est bien plus répandue qu’on le pense.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This