LGTransgenreQIA+

La transidentité est de plus en plus connue par la majorité des gens, cependant, il existe encore beaucoup d’incompréhension et de discrimination. Mais pourquoi? Les femmes et les hommes trans sont des femmes et des hommes au même titre que les personnes cisgenre.

Maéva Berset, 13 mai2021

Tout le monde, aujourd’hui, sait plus ou moins ce que cela veut dire faire partie de la communauté LGBTQIA+. Pareil pour les gay prides. Mais il y a encore beaucoup de choses qui sont incomprises, c’est pour ça que j’ai créé cette série. N’hésitez pas à aller lire les autres articles qui sont déjà publiés!

Transgenre: adj. et n. : Se dit d’une personne présentant un transsexualisme et qui adopte l’apparence et le mode de vie de l’autre genre, mais sans changer de sexe. (Larousse)


Bon, autant certaines définitions sont bien, autant celle-ci eeeeeeuh, voilà. Alors c’est quoi être transgenre? Une personne transgenre est une personne qui ne s’identifie pas au genre* qui lui a été attribué à la naissance. Il faut bien noter qu’être transgenre est bien une question de genre et non pas une question de sexualité. Une personne transgenre peut très bien être hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, pansexuelle, asexuelle et j’en passe.

Mini portrait

Emilie*: «Je suis une jeune artiste de 18 ans qui crée plein de choses différentes parce que j’aime le chaos. Il représente pour moi ce monde fou qui nous entoure, effrayant, mais tout autant surprenant et fascinant :)»
Jonas : «Bonjour ! je suis Jonas, j’ai 18 ans et ce qui m’intéresse dans la vie, c’est quelle est ta police d’écriture préférée.»
Eric*: «Je suis qui je suis : un homme hétérosexuel.»
*nom d’emprunt

Bonjour, c’est moi!

Le coming out! Ouais, toujours un bon moment, n’est-ce pas? Pour Eric* et Jonas, cela s’est plutôt bien passé, c’est ce que dit Jonas: «Mon entourage est hyper compréhensif et tout le monde me soutient à fond». Pour Emilie*, cela fut un peu plus compliqué: «Après avoir vu la série Hollywood sur Netflix , je me suis rendu compte que je ne voulais plus cacher qui j’étais, comme si je reniais ma vie. Donc j’ai décidé de faire mon coming out. Mes parents ont moyennement bien réagi, -je crois qu’ils ont surtout eu peur- mais on a repris contact et ça va mieux. En fait, la plupart des gens ont bien réagi, les mecs ont un peu plus de peine, mais ça va.»

Après ce grand moment d’annonce, il ne reste plus qu’à espérer que les gens utilisent le bon prénom et le bon pronom. Alors, heureusement que l’on vit dans un monde où tout le monde s’adapte facilement, n’est-ce pas

La transition

Qu’est-ce qu’on entend quand on parle de transition? Cela signifie qu’une personne fait différentes démarches pour passer, physiquement parlant, d’un genre à un autre. Pour que son apparence physique match avec son identité.

Il existe plusieurs méthodes, la plus «courante» reste la transition hormonale. Les femmes trans reçoivent entre autres des œstrogènes et les hommes trans de la testostérone. Il existe également des médicaments qui freinent la production des hormones naturellement produits par le corps pour les femmes transgenres – ils bloquent la testostérone. Et comment on obtient un traitement hormonal en Suisse? Voilà, ce que Jonas m’a expliqué: «En gros, tu vas voir un psy qui est spécialisé dans la transidentité (c’est mieux parce que sinon il y a des risques que le psy n’aille pas dans ton sens et fasse en sorte de te guérir) et au bout d’un moment il te donne une attestation prouvant que tu es trans. Et avec cette attestation, tu peux aller voir un endocrinologue qui pourra te fournir les hormones.»
En plus de la transition hormonale, certaines personnes décident de subir des opérations chirurgicales. Par exemple une mastectomie (afin de retirer la poitrine) ou au contraire une mammoplastie (pour construire une poitrine). On peut aussi toucher au visage pour faire en sorte qu’il entre plus dans les codes féminins ou masculins. Il existe aussi des opérations pour modifier ses organes génitaux.

Enfin bref, ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est qu’il existe plusieurs méthodes de transition. Mais le plus important, c’est que cela reste un choix personnel. Une personne peut choisir d’entreprendre une transition hormonale et/ou chirurgicale ou n’en faire aucune et cela ne la regarde qu’elle. Donc, non, demander ce qu’une personne a dans le pantalon n’est pas une question que l’on pose.

Charlie Day Ok GIF - Find & Share on GIPHY

Qu’est-ce que tu n’as pas compris?

Même si les attaques directes sont malheureusement une réalité, notamment en Suisse, la discrimination est rarement quelque chose de frontal comme le dit Emilie*: «Ce sont des petites choses, mais beaucoup de petites choses. Des regards, des rires, des commentaires directs, des gens maladroits dans leur propos, … et que même si les gens font eux qu’un petit écart à nos yeux c’est juste une foule qui ne nous comprend pas.»

Maladroit? Oui, mais une raison peut-être à cela est que le sujet est encore trop incompris ou tout simplement méconnu, c’est ce qu’explique Éric*: «Il y a toujours beaucoup de préjugés, peut-être qu’il faudrait plus d’éducation, en parler déjà au plus jeune âge, aussi pour que les personnes comprennent que c’est juste normal et apprennent à respecter. »

Enfin, le changement ne se fera pas simplement parce que la communauté montre qu’elle existe. Cela fait partie du processus mais c’est surtout un effort collectif, comme le dit Emilie*: «La communauté LGBTQIA+ a été créée pour qu’on puisse se serrer les coudes contre la norme qui ne voulait pas de nous. On a été en quelque sorte contraint. Et pour que ça change, il faut que les cishet comprennent que c’est ni à nous de faire le premier pas, ni à nous d’accepter toutes les erreurs qu’ils font pour être amis avec eux. On a jamais eu envie de rester entre nous, mais tant qu’ils ne feront pas vraiment l’effort de comprendre, rien ne changera.» 

Une femme transgenre est une femme au même titre qu’une femme cisgenre* et c’est la même chose pour un homme transgenre. Pourtant, le sujet est presque tabou et les clichés de genre toujours très présents. Pourquoi les petits garçons devraient-ils porter du bleu et les petites filles du rose? D’ailleurs, il ne faut pas oublier que le spectre des genres est infini et que pour le moment la norme n’accepte qu’un modèle binaire, mais je vais revenir sur le sujet dans un autre article. En attendant, n’hésitez pas à jeter un œil aux différents liens en-dessous 😉

Lexique et lien utiles

*Genre: le genre est une construction sociale. Il y a les genres binaires, que l’on connaît toutes et tous: femme et homme. Mais il en existe d’autres et je ferais un article pour essayer d’en développer un maximum.
*Cisgenre: se dit d’une personne qui s’identifie à son genre biologique. Par exemple, un homme qui est naît avec des attributs masculins et qui se sent homme. 

Transidentité : comment j’ai su que j’étais trans – YADEBAT .

Vous pourriez aussi aimer…

LGTQIAsexuel-le-x+

LGTQIAsexuel-le-x+

L’asexualité est un spectre parmi le spectre de la sexualité. On a tendance à penser qu’une personne asexuelle ne ressent juste aucun désir sexuel, mais cela peut être un peu plus complexe.

Roger le héros

Roger le héros

Macron sur Youtube et des cygnes stressés: notre sélection de l’actu de la semaine du 24 mai.

LGTIntersexeA+

LGTIntersexeA+

Les personnes intersexuées ont pu être considérées – et le sont encore parfois – comme des anomalies biologiques. Pourtant, l’intersexuation est bien plus répandue qu’on le pense.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This