Expédition en terre laotienne

Par Alison Besse

Pays au lourd passé historique, le Laos semble trouver un second souffle. Les indigènes y sont chaleureux, les plats y sont exquis, le tout dans un cadre majestueux. Une vie au rythme reposant qui en ferait rêver plus d’un.e.

En partant de la Suisse, ce n’est pas moins de 18 heures de voyage qu’il faut compter pour rejoindre le Laos, terre enclavée d’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, si le Laos renvoie l’image d’un pays stable, son histoire traduit en revanche un passé lourd et mouvementé. En effet, de nombreuses guerres notamment aux 17ème et 18ème siècle ont morcelé le pays et fragilisé un équilibre déjà précaire. Colonisé à la fin du 19ème par les Français, le Laos se retrouve ensuite sous occupation japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Quelque 20 années plus tard, c’est la guerre du Vietnam qui fera du Laos le pays le plus bombardé de l’histoire avec environ 260 millions de bombes lâchées en moins de 9 ans. Dès 1975, un parti politique unique est fondé et le Laos jouit aujourd’hui de structures politiques et économiques relativement stables.

Au Laos, la religion est un élément central, et ce depuis longtemps. Au-delà des temples bouddhistes, les ruines du Vat Phou, situées dans la province de Champassak, témoignent de la présence de la civilisation khmère dont la pratique religieuse à l’époque était déjà le bouddhisme. Puis, en ville, à l’aube, se déroule un rituel bien spécial, celui du Tak Bat qui signifie en français : l’aumône des moines. Tout d’orange vêtus, c’est par petits groupes que les religieux déambulent dans les rues afin de récolter les dons des habitants. Ces dons se présentent sous la forme de nourriture ou boissons et permettent aux laïcs de remercier les moines pour le travail spirituel accompli, mais aussi dans l’optique d’avoir un karma positif.

La langue nationale, c’est le Laotien, dans lequel on retrouve des consonances similaires au Thaï, parlé en Thaïlande. La grande majorité de la population ne parle que laotien, seul 10% d’entre-elleux parlent une autre langue, souvent l’anglais. Même si le réseau internet est bien développé dans tout le pays et permet d’avoir accès aux applications de traduction, il est parfois compliqué de se faire comprendre et d’arriver à ses fins. Il n’empêche que les habitants.es sont des personnes d’une infinie gentillesse, qui se feront un plaisir d’aider les touristes malgré la barrière de la langue.

Vientiane, capitale du pays comptant plus de 900’000 habitants est une ville énergique, mais emplie de contrastes. Si d’une part il y a des bâtiments à l’architecture moderne, entourés de bars et de magasins de marque, à seulement 20 minutes de marche de là, la pauvreté et la précarité sont frappantes. Les trottoirs sont jonchés de stands de nourriture proposant des spécialités locales allant de la simple noix de coco à la grenouille frit. C’est dans une ambiance joyeuse que les tuk-tuk hèlent les touristes afin de leur faire découvrir la beauté de la ville. Des dizaines de temples bouddhistes y sont éparpillés, mais le plus spectaculaire reste tout de même le Pha That Luang, qui selon les récits anciens aurait été érigé durant l’ancienne civilisation khmère aux alentours du 12ème siècle.

Le calme, ce n’est pas vraiment à Vientiane qu’on le trouve. Effectivement, afin d’éviter la frénésie de la capitale, il faut se rendre à l’extrême sud du pays, à Si Phan Don, plus joliment appelé l’archipel des quatre-mille îles. C’est pendant la saison sèche (de novembre à mars), lorsque le niveau de l’eau baisse, que la nature laisse apparaître une infinité de petits îlots (tous ne sont pas habitables). La vie sur ces îles est d’une simplicité déroutante. Les habitants.es vivent majoritairement de la culture du riz, activité qui n’est pas encore mécanisée puisque ce sont les buffles d’eau qui sont chargés de retourner les terres. Souriant.e.s et accueillant.e.s, les insulaires vivent dans des cahutes faites de bois et de tôles. Chez elleux, l’entraide est maître-mot. Aisément visitables à vélo, les îles sont toutefois bien différentes les unes des autres. Si sur Don Det, il y a principalement des rizières, sur Don Khong par contre, c’est une forêt dense et humide peuplée de cascades qui accueillera les visiteurs.

L’affluence touristique au Laos est moindre et lui a permis de conserver toute son authenticité. Il est donc rare de rencontrer des touristes, surtout européens et si ces derniers sont présents, c’est certainement au nord, aux environs de Vang Vieng. Là-bas y règne une atmosphère festive et décontractée qui plaît aux jeunes baroudeurs-ses. Longtemps catégorisée comme peu recommandable, notamment à cause de consommation excessive de drogue et d’alcool, Vang Vieng a su retrouver son charme d’antan. Les collines verdoyantes et les lagons d’un bleu cristallin ont sans doute contribué à la réputation de cette petite contrée septentrionale. Un rythme de vie plus dynamique où randonnées, tubing (descente d’un cours d’eau sur une chambre à air), excursion à moto ou encore vol en montgolfière raviront le cœur des plus aventureux.ses.

Autrefois surnommé le royaume du million d’éléphants, le Laos est un pays encore préservé du tourisme de masse où calme et sérénité règnent en maître.

Sources

https://www.amica-travel.com/laos/guide/histoire

https://www.geo.fr/histoire/la-guerre-secrete-des-etats-unis-pourquoi-le-laos-est-le-pays-le-plus-bombarde-de-lhistoire-215704

https://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Laos/128785

Vous pourriez aussi aimer…

Escapade à Barcelone

Escapade à Barcelone

Envie de passer quelques jours au soleil ? Nous vous proposons une petite escapade culturelle et gastronomique à Barcelone

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This