Amérique du Sud (4/10)

En janvier 2020, j’ai eu la chance de partir en Amérique du Sud pour un incroyable roadtrip de plusieurs mois. Laisse-moi te faire vivre ce voyage au travers d’une série d’une dizaine d’articles, qui je l’espère, te donneront l’envie de visiter ce continent exceptionnel!

Mathieu Baudoin, 19 avril 2021

Une carte de la Colombie pour mieux suivre le voyage!

© Google Image, Montage: Mathieu Baudoin

Direction Medellin !

Le matin du 23 janvier, on se rend à l’aéroport de Cartagena (cf 1 carte) pour prendre l’avion en direction de Medellin (cf 2 carte). On n’a pas réservé de places côte à côte, donc nos sièges respectifs se situent de part et d’autre de l’avion. En attendant l’embarquement, nos discussions portent sur le type de voisine ou voisin qu’on aimerait avoir ou ne pas avoir dans l’avion. Enfin, arrive le moment de vérité. Je monte à l’arrière, trouve ma place et m’installe. Au moment où je m’assieds dans mon siège, la première chose que je remarque est que je n’ai pas d’hublot, car je suis situé trop à l’arrière de l’appareil… Mais au moins, je n’ai pas eu à me plaindre de mes voisins, Thibaud et Seb non plus. 

El Poblado

Le fait de se rendre à Medellin nous inquiétait comme nous excitait. Historiquement, c’était une ville dangereuse, mais on crevait d’envie de la visiter. Avant de quitter Cartagena, j’avais discuté avec mon meilleur pote, car il m’avait dit qu’il connaissait quelqu’un en Colombie. Il était parti trois mois en séjour linguistique à Munich et avait rencontré Juan, qui habite justement à Medellin. Mon pote m’a donc donné son numéro de téléphone et on a pu discuter par messages. Il m’a donc conseillé de réserver une auberge de jeunesse dans le quartier du Poblado. C’est LE quartier touristique de la ville, avec beaucoup d’étrangers, de bars, de restaurants, de boîtes de nuit… Juan nous a aussi proposé de nous faire visiter la ville, chose que l’on a bien entendu acceptée. 

Los Angeles en Colombie

Lorsque l’on sort de l’aéroport, des dizaines de taxis attendent les passagers. En effet, l’aéroport est situé très en dehors de la ville et il faut rouler un bon moment pour s’y rendre. La route passe à travers la montagne et à la sortie du tunnel, on bénéficie d’une vue plongeante sur la ville. Après quelques minutes de route de montagne, on arrive enfin dans les rues de Medellin. La chose qui nous a frappé tout de suite, c’est que ça ressemble énormément aux villes américaines ! Surtout comparée aux autres villes colombiennes que l’on a déjà visitées… Il y a des buildings, restaurants et bars qui font très américains (McDonald’s, Starbucks…), les quartiers sont délimités par des rues perpendiculaires, … Bref, on se croirait à Los Angeles, sauf que l’on est légèrement plus haut en altitude, étant donné que Medellin se trouve à 1500m. Le taxi nous amène jusque devant notre auberge de jeunesse, située dans une rue piétonne avec de nombreux bars et restaurants. 

Découverte de la ville… et des bars

La première mission que l’on doit remplir, trouver une banque et un magasin pour recharger notre carte SIM. On en profite pour se promener dans les rues et découvrir la ville. Après avoir rempli la mission, on retourne à notre auberge de jeunesse et on remarque qu’en face de l’entrée, il y a un bar à chicha. On décide donc de s’y installer. Au menu, chicha donc, et mojito pour bien commencer la soirée ! Ensuite, comme on l’avait prévu, on retrouve Juan pour aller manger et faire connaissance. Il nous fait découvrir le quartier et nous donne les meilleures adresses pour faire la fête. Pendant le repas, Juan nous explique les différents lieux à visiter et on réserve donc la journée du lendemain pour qu’il nous les montre. 

Des hauts…

Le lendemain matin, après un petit déjeuner sympa sur le rooftop de notre auberge, on retrouve Juan et on se rend en direction de la colline de Nutibara, qui offre apparemment une super vue sur toute la ville. On profite du spectacle, on prend quelques photos, puis on prend la direction du centre de la ville, plus précisément de la plaza Botero.

On fait ces trajets en métro, moyen de transport que l’on n’avait encore pas utilisé jusqu’à présent en Amérique du Sud ! Lorsque l’on sort de la gare, Juan nous explique que c’est un quartier dangereux et qu’il faut faire attention à ses poches… D’ailleurs, heureusement que l’on a connu Juan avant de réserver notre hôtel à Medellin, car on hésitait à prendre une chambre dans l’hôtel situé exactement sur cette place… De part et d’autre de cette dernière, il y a des sculptures faites par le sculpteur colombien Fernando Botero (c’est normal que la place ait son nom du coup…). 

Après avoir mangé un plat typique, composé de bananes plantains, d’avocat et de poulet notamment, on se rend au jardin botanique de la ville où on a eu la chance de voir des iguanes qui se promènent en liberté dans le parc ! Ce sont des animaux très gentils, contrairement à ce que leur apparence peut laisser penser. Il y a même des gens qui les nourrissent. Pour notre part, Thibaud est le seul qui a eu le courage de lui donner une feuille de salade.

…Et des bas

On quitte ensuite le jardin botanique pour se rendre en direction d’une télécabine, située dans les quartiers plus défavorisés. Il y a plusieurs télécabines dans la ville, car certains quartiers sont situés à flanc de montagne. La cabine que l’on emprunte doit nous amener au Parque Arvì. C’est une réserve naturelle magnifique, en tout cas de ce que j’ai compris, car on ne l’a jamais visitée. Le trajet en télécabine pour s’y rendre dure 20 minutes, mais au milieu du trajet, il a commencé à pleuvoir comme je ne l’ai rarement vu. Il pleuvait tellement que ça nous a passé l’envie de visiter le parc (en plein air), donc lorsque l’on est arrivés au sommet, on est redescendus immédiatement.

Mais les ennuis ne s’arrêtent pas là… Il y a une station intermédiaire au milieu du trajet et elle se trouve dans un quartier plutôt très défavorisé. Lorsque l’on y arrive, on doit sortir de la cabine pour prendre l’autre, qui nous ramène tout en bas. Seulement, à cause de l’orage, la cabine ne fonctionne plus. On est donc contraints à patienter… Je ne sais plus combien de temps on a attendu, mais ça m’a paru interminable… Quand on a enfin pu monter dans la cabine, notre seule envie était de rentrer à l’auberge pour se préparer pour la soirée !

La comuna 13

Le lendemain, on retrouve Juan, accompagné de quelques membres de sa famille, pour visiter la comuna 13. C’est le quartier historique de Medellin, dans lequel il y a eu d’énormes problèmes liés à la drogue. Mais quand on le visite aujourd’hui, il est difficile de croire qu’il n’y a pas encore si longtemps, il y avait des guerres entre les gangs du quartier et l’État colombien. L’État a réussi à prendre le contrôle du quartier en 2002. Mais avant ça, c’était le quartier le plus violent et le plus dangereux de la ville, si ce n’est du pays. Aujourd’hui, le quartier est hyper coloré : il y a des graffitis sur tous les murs ou presque. 

Quand on se promène dans les rues, on peut voir des spectacles de danse, des artistes de rues… C’est un endroit incontournable pour les touristes et le quartier vaut vraiment le détour.

Notre guide nous l’a fait visiter et nous a expliqué toute l’histoire du lieu. C’était super intéressant, mais on n’a pas tout compris vu que le guide parlait uniquement en espagnol. Heureusement que Juan nous traduisait en anglais les choses les plus importantes. Après la visite, le guide nous a amené à un endroit où on a pu s’essayer à l’art du graffiti. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on est vraiment mauvais…

Guatapé 

Le lendemain, on décide de participer à un tour organisé pour visiter la région de Guatapé, située non loin de Medellin. Mais la journée a été tellement incroyable que je vous la raconterai en détails dans le prochain article (#teaser). 

Vous pourriez aussi aimer…

Superman: prochain symbole LGBT?

Superman: prochain symbole LGBT?

Com’meet revient avec sa sélection d’actu de la semaine écoulée: rendez-vous tous les lundis (ou presque) à 8h. Cette semaine, on passe à travers de la sensibilisation au réchauffement climatique et la sexualité (devenue politique) d’un super héros bien connu. 

LGTQIAsexuel-le-x+

LGTQIAsexuel-le-x+

L’asexualité est un spectre parmi le spectre de la sexualité. On a tendance à penser qu’une personne asexuelle ne ressent juste aucun désir sexuel, mais cela peut être un peu plus complexe.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This