Amérique du Sud (3/10)

En janvier 2020, j’ai eu la chance de partir en Amérique du Sud pour un incroyable roadtrip de plusieurs mois. Laisse-moi te faire vivre ce voyage au travers d’une série d’une dizaine d’articles, qui je l’espère, te donneront l’envie de visiter ce continent exceptionnel!

Mathieu Baudoin, 29 mars 2021

Une carte de la Colombie pour mieux suivre le voyage!

© Google Image, Montage: Mathieu Baudoin

Départ pour Cartagena 

Après notre détour par Santa Marta, que l’on n’a pas regretté, on décide de se rendre à Cartagena. On demande donc à la réception de l’hôtel quel est le moyen le plus simple de s’y rendre. La femme nous répond qu’elle peut commander un minibus qui passerait nous chercher devant l’hôtel. On accepte la proposition et on doit donc attendre un petit moment. Un homme arrive et nous amène jusqu’au bus, qui était rempli de touristes comme nous qui faisaient le voyage Santa Marta – Cartagena. Le trajet dure environ 4 heures.

Arrivée nocturne 

On arrive à Cartagena en fin d’après-midi. Le temps de trouver notre hôtel, poser nos sacs et prendre une douche, il fait maintenant nuit. On décide donc de partir faire un tour dans le quartier populaire de Gethsemani et d’aller manger un morceau. Il y a plein de petites rues colorées avec des restaurants et des bars.

On se promène un moment, puis on s’assied dans un restaurant qui nous paraît pas mal. Comme j’avais un guide touristique de l’Amérique du sud avec les adresses des meilleurs hôtels, restaurants, sites touristiques, … on s’y fiait beaucoup au début pour ne pas avoir de mauvaises surprises. 

Visite du centre historique 

Le lendemain, on décide de se rendre dans le centre historique. Je suis fan de l’émission «Pékin Express», donc je reconnaissais plus ou moins certains endroits, comme la porte de l’horloge, étant donné que la saison de l’émission juste avant notre voyage s’était achevée en Colombie.

D’ailleurs, je me suis rendu compte par après que les candidats s’étaient rendus à Santa Marta, à certains endroits que l’on avait aussi visités. Bref, on arrive donc devant la porte de l’horloge, entrée du centre historique, qui est entourée de plusieurs kilomètres de remparts. On sillonne alors les petites rues, dans lesquelles on peut trouver des dizaines et des dizaines de marchand-e-s ambulant-e-s.

Du poisson frais aux célèbres hormigas culonas (littéralement “fourmis à gros culs”), en passant par des vendeurs et vendeuses de choses en tout genre, on peut trouver tout ce qu’on veut dans ces petites ruelles ! Thibaud décide d’acheter des cigares et un jeu d’échecs, alors que Seb et moi décidons plutôt d’acheter un maillot de foot de la Colombie. On s’assied ensuite sur une terrasse pour boire une bière, puis les marchands de fourmis géantes viennent nous en proposer, mais aucun de nous n’a eu le courage de manger cette spécialité locale… On continue notre visite en allant marcher sur les remparts de la vieille ville, puis sur le chemin du retour à l’hôtel, on rencontre deux vendeuses de fruits dans leur tenue traditionnelle, appelées palenqueras. Elles acceptent qu’on fasse une photo avec elles si on leur achète des fruits. On repart donc avec de jolies photos et une salade de fruits rafraîchissante (on ne connaissait pas la moitié des fruits, mais c’était quand même bon !). 

Le fort de San Felipe de Barajas 

L’après-midi, on choisit d’aller visiter le fort emblématique de la ville : San Felipe de Barajas. Depuis là, on a une vue imprenable sur la ville de Carthagène. L’histoire du fort était vraiment intéressante mais honnêtement, je ne m’en rappelle pas vraiment. Je sais juste qu’il était utilisé pour protéger la ville des pirates. Après l’avoir visité et après avoir fait une série de photos, on va manger.

Puis on se fait une petite soirée sur la terrasse de l’hôtel, en jouant aux cartes et en fumant les cigares achetés le matin même.

Le bain de boue

C’est probablement la chose que je voulais le plus faire après avoir regardé l’émission «Pékin Express». Il y a un volcan de boue, qui s’appelle el Totumo, situé à 1h30 de route de Carthagène environ. Si mes souvenirs sont bons, c’est le plus petit volcan du monde avec ses 15 mètres de haut. 

On choisit de faire cette excursion avec un tour opérateur. Le minibus vient nous chercher à l’hôtel et on part en direction du volcan avec un groupe de quelques touristes. Arrivé-e-s sur place, après s’être changé, je laisse mon téléphone à un jeune homme, qui se charge de faire des photos pour les touristes. Ensuite, on se dirige vers la rampe d’escaliers qui permet d’accéder au sommet du volcan. L’attente est un peu longue (d’ailleurs j’ai attrapé mon premier gros coup de soleil du voyage). Arrive enfin mon tour de rentrer dans la boue. La sensation est hyper étrange. En fait, on n’a pas le fond, mais pourtant on ne coule pas. La boue est tellement dense qu’on est comme bloqués dedans. C’est très difficile de bouger. Après quelques minutes dans la boue, on doit sortir. 

La tradition veut que les touristes qui se baignent dans la boue aillent se laver dans le lac juste à côté. On se rince (difficile de faire partir toute la boue), puis on reprend le bus pour se rendre dans des marais salants. Les couleurs sont incroyables. A cause du sel, l’eau est rose et ça rend le paysage magnifique (photo titre). Ensuite, on va manger dans un petit restaurant au bord de la mer avec tout le groupe, car souvent dans ces tours organisés, le repas est compris dans le prix. Puis vient le moment du retour à Carthagène. 

Prévision de la suite 

Après être rentrés de notre excursion, on discute de la suite du voyage. Les avis divergent, non pas pour la destination, Medellin, mais pour le moyen de transport pour s’y rendre. Thibaud aimerait prendre l’avion, parce que le trajet en bus devrait prendre au minimum 16 heures, mais comme Seb et moi n’avons pas peur de la durée de ce trajet, on voudrait plutôt faire le voyage en bus. Le billet de bus est forcément moins cher que celui d’avion, même si le prix reste très abordable. Le trajet en avion, car c’est finalement le moyen de transport que l’on a choisi, nous a coûté un peu plus de 60 francs suisses par personne. 

Vous pourriez aussi aimer…

Superman: prochain symbole LGBT?

Superman: prochain symbole LGBT?

Com’meet revient avec sa sélection d’actu de la semaine écoulée: rendez-vous tous les lundis (ou presque) à 8h. Cette semaine, on passe à travers de la sensibilisation au réchauffement climatique et la sexualité (devenue politique) d’un super héros bien connu. 

LGTQIAsexuel-le-x+

LGTQIAsexuel-le-x+

L’asexualité est un spectre parmi le spectre de la sexualité. On a tendance à penser qu’une personne asexuelle ne ressent juste aucun désir sexuel, mais cela peut être un peu plus complexe.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This