L’écriture inclusive, parlons-en

L’écriture inclusive, ce débat qui ne sera pas clos de sitôt, vous en pensez-quoi ? Beaucoup s’y opposent mais en vérité, elle est tout à fait viable. 

Erica Berazategui, 15 avril 2021

Mise en contexte

L’écriture inclusive (ou écriture épicène) est une forme d’expression qui vise à inclure tout le monde. Cette nouvelle manière d’écrire -et de parler-revient finalement à une forme d’expression non-discriminatoire. 

Pourquoi a-t-elle fait son apparition ? Parce que le français moderne est genré et qu’il présente une norme masculine, ce qui induit des représentations masculines et une exclusion des genres non masculins au quotidien. 

Portée par des mouvements féministes, cette revendication est apparue au grand public il y a une dizaine d’années. Malheureusement, beaucoup d’opposants font valoir leurs points de vue. Généralement, ils sont entendus car ils émanent de personnes au pouvoir -ou en tout cas haut placées. Que ce soit pour des arguments d’esthétisme, de préservation de la pureté de la langue française ou encore parce que soi-disant, ça ne sert à rien, cette forme d’expression rencontre beaucoup d’opposantes et opposants. Pourtant, elle a des raisons tout à fait valables d’exister et en plus, elle est viable; c’est ce que je vais démontrer en exposant en quoi les trois principaux contre-arguments sont irrecevables.

Pour plus d’informations et de conseil, l’Université de Neuchâtel propose une brochure et des formations à cet effet.

« L’écriture inclusive salit la pureté de la langue française »

Non, c’est faux. Si on regarde l’évolution de la langue française, on s’aperçoit que jusqu’aux XV-XVIème siècles, le langage était féminisé. Les noms de métiers et de fonctions étaient accordés au féminin. Et vous savez quoi ? Personne n’en est mort, tout le monde se portait bien et la Terre continuait à tourner.

Et puis, la langue a tout de même bien évolué depuis le XVIème siècle. J’espère que vous ne pensez tout de même pas que les termes ordinateur ou swag étaient utilisés par Henri IV et sa clique. Une langue évolue en fonction des besoins de la société. Le besoin de l’humanité à avoir un mot tel que swag est discutable, c’est vrai. Toujours est-il qu’il serait temps de laisser la langue être utilisée en fonction de l’évolution de ladite société. 

«C’est faux»

Non, c’est faux que c’est faux (fauception!). En vertu des normes de l’Académie française peut-être. Mais les personnes qui dictent ces normes (souvent âgées, de genre masculin et blanches…) ont quelques trains de retard et ne sont pas linguistes. Elles sont à des années-lumière de la réalité de la société et de l’évolution de la langue. 

L’écriture non-discriminatoire n’est pas fausse. La preuve en est que vous l’avez déjà sans doute lue sur des documents et vous les avez bien compris. Elle est viable, pas forcément sous toutes ses formes actuelles, mais c’est une simple question d’adaptation. Ça peut prendre du temps, c’est vrai, mais on s’est bien habitué-e-s au terme swag. La langue nous offre tous les outils pour une forme d’expression non-discriminatoire, elle est flexible.

En vérité, cet argument de faux ou vrai touche bien plus de domaines de la langue qu’uniquement l’écriture épicène. Au fond, on devrait plutôt se repositionner sur la question des normes linguistiques, et se demander si elles ont des raisons d’être. Pourquoi est-ce qu’on aurait besoin de poser des normes aussi strictes et d’avoir quelques personnes (qui font partie de l’élite) qui dictent à toute une région linguistique les bonnes ou mauvaises manières de s’exprimer ? A partir de là, on se rend alors compte que même les régionalismes romands (la panosse par exemple) sont «faux». Et est-ce qu’on va arrêter de parler de panosse pour faire le ménage ? Non.

«Ça ne sert à rien»

Ça aussi, c’est faux.  

Les personnes qui avancent ces arguments ne savent souvent même pas de quoi il s’agit. Alors quand on ne sait pas, on se tait. Ou on se renseigne. Une fois renseigné-e, on se rend compte que c’est bien plus utile que ce qu’on pensait. Loin d’être un caprice féministe, comme certains aiment la nommer, elle devrait être universelle. 

En effet, comme précisé plus haut, le français (comme la plupart des langues) est genré. Cela signifie que tout (ou presque) doit être nommé avec le genre masculin ou féminin, spécialement les être humains. Les raisons de cela sont entre autres l’histoire et l’évolution du français mais aussi beaucoup d’arbitraire. Pourquoi est-ce qu’un caillou est masculin alors qu’une voiture est un nom féminin ? Grande question. 

Dès lors, cet aspect genré de la langue pousse premièrement ses utilisateur-ice-s à  devoir s’identifier au masculin ou au féminin, et deuxièmement, à avoir des représentations du monde qui sont genrées. Et ça, ça ne sert à rien. Quels avantages avons-nous à connaître le genre d’une personne ou d’un groupe de personnes ? Aucun, si ce n’est que les femmes et les personnes qui ne s’identifient pas aux genres actuels sont exclues de la langue.

En effet, la norme actuelle du français est la norme masculine. On l’a très vite appris enfant, le masculin l’emporte lors des accords. En plein développement linguistique, les enfants assimilent cette règle. Et si on dit à une petite fille qu’elle est «courageuse», elle va en être contente mais elle va s’octroyer moins de valeur qu’à un petit garçon «courageux» puisque le masculin l’emporte. 

En surface, on peut effectivement penser que ça ne sert à rien. Mais si on creuse un tant soit peu, on s’aperçoit que tous les mécanismes inconscients liés au langage ont cette norme masculine en toile de fond. 

Et on attend quoi pour l’appliquer ?

On attend que les mentalités se débloquent. Comme on l’a vu, le problème n’est pas linguistique. Il se situe à un niveau politique et sociologique. Les opposant-e-s sont fermé-e-s d’esprit et bloqué-e-s sur un autre temps. 

Alors pour faire bouger les choses, on prend les devants et on fonce. Plus l’écriture non-discriminatoire sera démocratisée, moins les opposant-e-s auront de terrain et d’arguments. Et puis si on attend vraiment que les mentalités se débloquent, on en a pour des plombes. Alors on y va et on chamboule tout. Le jour où le débat sur l’écriture non-discriminatoire n’aura plus lieu d’être est loin d’arriver, mais quand il sera là, c’est que notre société aura fait un grand saut en avant. 

Vous pourriez aussi aimer…

Rencontre avec Caroline Alves, la chanteuse à découvrir

Rencontre avec Caroline Alves, la chanteuse à découvrir

Étudiante à l’Université de Neuchâtel, Caroline Alves a reçu le prix de «Best Talent 2021» au Swiss Music Awards, devenant ainsi la première femme et la première Romande à remporter cette récompense depuis 2011. En effet, ces dix dernières années, seuls des hommes se sont imposés dans cette catégorie.

Le saviez-vous? Spécial Girl Power! (2)

Le saviez-vous? Spécial Girl Power! (2)

Quoi de mieux pour honorer la femme qu’un spécial Girl power? Pour cela, j’ai décidé de vous présenter chaque semaine des anecdotes, des faits, voire même des témoignages qui, au premier abord, paraissent anodins, mais nous rappellent que la domination du genre masculin sur le genre féminin n’est jamais bien loin… Accrochez-vous, c’est parti!

1 Commentaire

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This