Ouïghours: une population victime de génocide

Ouïghour. Ce mot résonne aujourd’hui dans toutes les bouches. Grâce à un travail acharné du député européen Raphaël Glucksmann et de la chercheuse Dilnur Reyhan, la vérité a pu être rétablie: l’histoire a pu être racontée, et un mot qui n’évoquait rien d’autre que le nom d’un peuple est désormais associé à des crimes de guerre. Mais qui sont les Ouïghours? Qui sont ces personnes qui, soudainement, font l’objet d’un soulèvement mondial ? Revenons sur l’identité de cette population

Hiba Ben Salem, 22 mars 2021

Ouïghours: qui sont-ils ?

Les Ouïghours sont un peuple turcophone vivant dans la partie orientale de l’Asie centrale, située dans le nord-ouest de la Chine que nous connaissons aujourd’hui (cliquer sur le lien suivant pour voir la carte de Xinjiang proposée par le journal quotidien Le Parisien. C’est en 1949, que ce territoire, jusqu’à-là considéré comme indépendant, est annexé par la Chine communiste et nommé Xinjiang, qui signifie « nouvelle frontière », « nouvelle terre ». Les prémisses d’un conflit s’installent, alors que nous sommes au début de ce qui va constituer, selon plusieurs organisations, «le plus grand internement de masse du 21ème siècle». 

Aspect colonial et politique de sinisation

Comment en est-on arrivé-e-s là ? Que s’est-il passé pour que le gouvernement chinois décide soudainement de réprimer ce peuple ? La réponse est à chercher à travers le prisme colonial et une politique de sinisation. 

La zone géographique dans laquelle vivent les Ouïghours  comprend d’importants gisements de pétrole et de gaz naturel. Cette région, également considérée comme la porte d’accès vers l’Occident, pourrait alors permettre à la Chine de s’accroître économiquement et de bénéficier des ressources qui s’y trouvent. 

De plus, depuis plus de 70 ans, la Chine exerce une politique de sinisation* à travers le pays tout entier. Politique à laquelle les Ouïghours se sont opposés durant des années. Ces musulmans sunnites refusent de tourner le dos à leur ethnie pour en adopter une autre, celle du pays. 

Résumons: d’un côté, un territoire économiquement important pour la Chine; de l’autre, un peuple qui refuse de se soumettre à la politique du pays. Un problème s’installe, mais une solution va être apportée par le gouvernement chinois. 

L’arrivée au pouvoir de Xi JinPing

Le 15 novembre 2012, Xi JinPing est élu président de la Commission militaire centrale de Chine* puis, président de la République populaire de Chine quatre mois plus tard. Ces deux évènements ne marquent pas simplement l’élection d’un nouveau président, mais aussi le début de la fin de la liberté pour ce peuple Ouïghour qui avait pourtant réussi à lutter durant plusieurs années.

Les idées radicales du nouveau président ont accéléré ce besoin d’extension coloniale et économique. Ainsi, petit à petit se mit en place le projet «One Belt One Road»* (la nouvelle route de la soie). Mais par où passera cette route ? La réponse est simple. On peut la voir comme la dernière goutte avant que le vase ne déborde, car comme vous l’aurez sans doute compris, cette route passera tout d’abord par la région des Ouïghours. Il devient donc nécessaire pour le gouvernement chinois de contrôler la population qui s’y trouve afin de ne pas se heurter à d’éventuelles objections. 

L’arrivé au pouvoir de Chen Quango

Cinq ans plus tard, les choses finissent par se concrétiser. L’arrivée au pouvoir de Chen Quango, ancien responsable de la région autonome du Tibet, nommé chef de la province de Xinjiang par Xin JinPing, accéléra la répression du peuple Ouïghour. 

Ainsi, fin 2016 – début 2017, sous les ordres de Chen Quango, la Chine mit en place un système de camps de concentration où sont enfermés approximativement plus d’un million d’Ouïghours, mais pas que. On y trouve également des Ouzbecs, Kirgizs et des Kazacs, représentant tous des populations turcophones musulmanes. 

Ce n’est que fin 2019 que plusieurs documents confidentiels chinois permirent de dévoiler lesdits ordres donnés par Xi JiPing à Chen Quango, comme par exemple n’avoir aucune pitié envers la population Ouïghour. 

Mise en place de camps de concentration et de camps de travail forcé

Les camps de concentration, aussi appelés camp d’internement, sont répartis dans plusieurs zones de la province de Xinjiang. Il est estimé que plus d’un million de musulmans, majoritairement Ouïghours y sont enfermés, contre leur gré. 

Dans ces camps sont emprisonnés des hommes, des femmes, et des enfants. Ces personnes y sont, sous-alimenté-e-s, endoctriné-e-s, violenté-e-s, violé-e-s, et pour les femmes stérilisées. Ces victimes cohabitent et partagent à 20 une cellule de 25m2. Ils mangent, dorment, et font leurs besoins dans la même pièce. Un témoignage choc et bouleversant d’une rescapée des camps de concentration, nommée Gulbahar Jalilova, permet de relater les atrocités vécues dans ces prisons et les horreurs infligées à ces personnes (attention : âmes sensibles à s’abstenir).

Après des mois, parfois des années, d’enfermement, de torture et de viol, ils sont finalement libéré-e-ss pour rejoindre des camps de travail forcé, où leur main d’oeuvre va être utilisée, à la frontière de la gratuité, au profit de marques internationales, telles que Zara ou Nike (ici, vous trouverez la liste complète, aussi appelée “le mur de la honte” de toutes les marques qui exploitent le travail forcé de ces ouïghours). 

Réponse de la Chine face à ces révélations

La Chine dément totalement l’existence de camps de concentration. En effet, le gouvernement affirme avoir mis en place des centres de formation professionnelle ayant pour but premier la réinsertion professionnelle des Ouïghours sur le marché du travail. 

Le second but de ces centres de formation serait de pouvoir surveiller toute éventuelle radicalisation islamiste et de lutter contre l’extrémisme musulman, nommé par la Chine le «virus de l’islamisme». Le pays a effectivement été victime de trois attaques terroristes, entre 2013 et 2014 dans les villes d’Urumqi (capitale de Xinjiang) et de Pékin. Toujours selon le gouvernement chinois, ces trois attentats terroristes auraient été perpétrés par des Ouïghours, aussi appelés “séparatistes ouïghours”, et ce malgré le manque de preuves évidentes allant dans ce sens. 

Finalement, les Etats-Unis qui avaient classé les ouïghours dans la liste des organisations terroristes ont fini par les retirer en affirmant le non-sens de leur présence sur celle-ci. 

Situation actuelle

Ce n’est, enfin, qu’après la circulation de vidéos sur les réseaux sociaux, notamment une où l’on voit des milliers d’Ouïghours agenouillé-e-s, numéroté-e-s, et embarquant dans des trains, la propagation des documents confidentiels sur les ordres données concernant cette population, les témoignages de rescapé-e-s, les chiffres démontrant une chute vertigineuse du taux de croissance démographique dans cette région, et finalement le travail acharné de plusieurs activistes (notamment Raphaël Glückerman et Dilnur Reyan) que les gouvernements, petit-à-petit prirent la décision de lutter contre ce crime de guerre, et d’utiliser le terme génocide. 

Tout d’abord, il y a eu l’ONU qui reconnut officiellement, en août 2018, la Chine coupable de génocide culturel envers les Ouïghours. Puis, en 2019 plusieurs député-e-ss américain-e-s ont voté une loi ayant pour but d’imposer des sanctions à la Chine, notamment à plusieurs responsables du Xinjiang. Leurs actes ont été jugés et qualifiés de «barbares» par Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants des Etats-Unis. De plus, plusieurs restrictions ont été déclarées concernant l’octroi des visas américains pour les dirigeants et responsables du Parti communiste chinois. Le pays interdit également l’importation de vêtements, de textile ou de coton en provenance de la région de Xinjiang, de même pour le Canada. Le Parlement européen a lui aussi mis en place une résolution visant à sanctionner la Chine et exige «la fermeture des camps et la libération immédiate des détenus, sans condition».  

Ce n’est que le début. Le combat continue pour toutes les personnes qui se battent pour faire fermer ces camps de concentration et ces camps de travail forcé. Pour en lire davantage ou alors pour tout simplement rester informé-e-s sur les avancées, et les petites batailles gagnées, n’hésitez pas à suivre @raphaelglucksmann sur Instagram ou encore la page @ouighours.news, afin de ne rien louper, et de si vous le souhaitez, y contribuer.

Glossaire


*Politique de sinisation : la sinisation est une politique d’acculturation pratiquée en Chine. Le terme “siniser” signifie “rendre chinois”. Le but est de contraindre les différentes ethnies vivant dans le pays à adopter l’ethnie dominante (les Han). Cette politique s’exerce notamment à travers l’école,  le travail, et parfois même de manière plus radicale à travers la destruction de lieux culturels ou religieux comme les cimetières. 

*One Belt One Road ou Nouvelle route de la soie : ce projet a été présenté pour la première fois en 2013 par Xi JinPing et a pour objectif de mettre en place de nouvelles infrastructures du Pacifique jusqu’à la mer Baltique. Il y aurait exactement deux routes: la première au Sud aurait pour but de développer les voies maritimes passant par l’Océan Indien, la mer Rouge et allant jusqu’à la mer Méditerranée. La deuxième se trouverait au Nord et suivrait en partie le chemin de l’ancienne route de la soie, qui date de plus deux milles ans et qui relie la Chine à l’Europe.

*Commission militaire centrale de Chine : la Commission militaire centrale de Chine (CMC) représente l’organe militaire suprême de l’Etat. La personne qui y est nommée doit donc s’occuper de diriger les forces armées de tout le pays. 

Vous pourriez aussi aimer…

Superman: prochain symbole LGBT?

Superman: prochain symbole LGBT?

Com’meet revient avec sa sélection d’actu de la semaine écoulée: rendez-vous tous les lundis (ou presque) à 8h. Cette semaine, on passe à travers de la sensibilisation au réchauffement climatique et la sexualité (devenue politique) d’un super héros bien connu. 

LGTQIAsexuel-le-x+

LGTQIAsexuel-le-x+

L’asexualité est un spectre parmi le spectre de la sexualité. On a tendance à penser qu’une personne asexuelle ne ressent juste aucun désir sexuel, mais cela peut être un peu plus complexe.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières infos et ne pas louper nos derniers blogs

You have Successfully Subscribed!

Share This